visages souriants
#changethestory

People & Money
2020

À mesure que le monde change, l’attitude des gens concernant l’investissement se transforme – People & Money cherche à analyser cette relation et apporter des éclairages. Ci-après les résultats pour la France.

Cette enquête a été réalisée entre novembre 2019 et janvier 2020 auprès de 26 814 personnes
interrogées dans 18 pays (dont 514 personnes en France).

Tendances clés

84%
Durabilité
84% des investisseurs considèrent que leurs investissements doivent avoir un impact positif
56%
Avenir financier et retraite
56% des participants se disent pessimistes par rapport à leur avenir financier
71%
Information financière & technologie
71% considèrent que les informations sur l’investissement sont difficiles à comprendre
Paragraph-2,Paragraph-3,Paragraph-4,Paragraph-5
Paragraph-6,Multi Column Teaser-2,Paragraph-7
Multi Column Teaser-3,Paragraph-8,Multi Column Teaser-4,Paragraph-9

Agir durable ressort comme
une priorité

84% des investisseurs souhaitent que leurs investissements aient un impact positif
graphique représentant 1 employé sur 3

Près d’un employé sur trois se dit prêt à contribuer davantage à son plan d’épargne d’entreprise si l’allocation aux investissements ESG était plus importante. 44% déclarent que leurs plans d’épargne d’entreprise n’incluent pas d’options ESG.1

… mais l’investissement durable est sujet à quelques idées reçues :

Seulement 16% des participants sont familiers avec le terme d’investissement durable.

Diagramme 16%
Diagramme : 37% pensent que cela implique une rentabilité moindre. 46% considèrent que les risques sont plus élevés. 51% craignent que les frais soient plus importants. 72% Déclarent ne pas savoir comment la durabilité peut être mesurée.

L’environnement arrive en tête

Les questions environnementales sont la principale préoccupation. Parmi une liste de 10 thèmes2, 74% des Français ont classé la durabilité environnementale à la 1ère place – nettement supérieur à la moyenne européenne (60%). Laissant loin derrière les Droits de l’Homme, classés en 1er par 50% des participants et l’Egalité, choisi comme sujet phare par 44% des participants.

diagramme: 74% Durabilité environnementale. 50% Droits de l’Homme. 44% Egalité.

La durabilité – une affaire de qui?

Bien que 84% des investisseurs considèrent important que leurs investissements aient un impact durable :

Diagramme : 71% des participants nomment les gouvernements. 40% des participants nomment les entreprises. 39% des participants nomment les individus.

…comme étant en première position pour agir de façon durable. Cela signie selon nous que malgré les contributions des individus et des entreprises à une économie plus durable, les Français s’attendent à ce que l’action du Gouvernement initie & soutienne de façon importante ces efforts.

Un manque de sérénité financière

56% des Français se disent pessimistes par rapport à leur avenir financier; seulement 38% se déclarent optimistes à cet égard.

diagramme 56% des Français se disent pessimistes par rapport à leur avenir financier

Ce qui est sensiblement différent de la moyenne européenne – dont 41% se déclarent pessimistes, et 55% optimistes par rapport à leur avenir financier.

Les femmes semblent davantage inquiètes :

Diagramme : 64% des femmes se déclarent pessimistes. 48% des hommes se déclarent pessimistes.

Finances & stress

Les questions d’argent sont un facteur important d’inquiétude pour les Français : 54% considèrent l’argent comme 1er facteur de stress dans leur vie – suivi par le travail (41%) et leur santé personnelle (39%). Au niveau européen, ce chiffre est nettement plus bas, avec 43%.

Premier facteur de stress

La population des investisseurs cependant déclare être plus sereine et avoir un meilleur sentiment de sécurité financière : 61% des non-investisseurs déclarent que l’argent est leur facteur de stress #1. Cette proportion est de seulement 48% parmi ceux qui investissent.

Diagramme : L’argent est mon facteur de stress #1

Combien de risque?

72% des participants indiquent ne pas être prêts à prendre plus de risque financier en échange d’un retour potentiel plus èlevé.

La génération des Millennials3 est la plus propice à prendre des risques : 39% de leur génération sont prêts à accepter un niveau de risque plus élevé contre une espérance de retour plus élevée également, comparé à 27% parmi la génération X et 21% parmi la génération BB.

Volonté de prendre des risques

Quels sont les objectifs à
long terme?

70%
70% des participants déclarent qu’un de leurs objectifs principaux quant à leur avenir financier est de se constituer une épargne.
32%
32% qui indiquent la préservation / l’accroissement de leur patrimoine comme faisant partie de leurs objectifs financiers principaux.
18%
18% indiquant le remboursement de dettes.

Les plans d’épargne entreprise
mal connus

Les salariés français démontrent un niveau de connaissance très hétérogène de leurs plans d’épargne entreprise :

diagramme : 12% déclarent savoir exactement ce que ces offres de placement contiennent. 33% des salariés se disent familiers avec le contenu de ces offres.

Parmi les 12% qui se disent familiers avec leurs plans d’épargne, 44% indiquent que ces offres ne contiennent pas de placements ESG.

La clarté des informations

71%
71% considèrent que l’information disponible sur les investissements est difcile à comprendre.
30%
30% Indiquent qu’ils disposent de trop peu d’information pour prendre des décisions financières - bien au-dessus de la moyenne européenne, à 23%.
40%
40% expriment le besoin de disposer d’explications plus claires sur les frais et d’autres coûts associés aux placements.

Où trouver du conseil?

diagramme :42% Ne savent pas où trouver les informations nécessaires.

Les sources d’information auxquelles les Français se fient, varient fortement entre les populations investisseurs vs non- investisseurs.

Les investisseurs consultent les informations en ligne (44%), suivi par famille & amis (35%) et la lecture d’articles sur la nance et les placements (31%). 16% considèrent les conseillers financiers comme source #1.

Diagramme : 44% informations en ligne. 35% famille et amis. 31% lecture d’articles sur la finance et l’investissement. 16% considèrent les conseillers financiers comme leur première source.

Les non-investisseurs indiquent se tourner en 1er lieu vers leur famille & amis (52%), suivi de loin par la recherche d’informations en ligne (17%). Seulement 3% indiquent les conseillers financiers comme source de référence.

La place des conseillers financiers

74%
74% des investisseurs indiquent avoir déjà fait appel au moins une fois à un conseiller financier.
32%
Cependant, 32% parmi eux déclarent ne plus y faire appel aujourd’hui.
42%
Parmi ceux qui n’ont jamais utilisé les services d’un conseiller financier, 42% pensent qu’ils disposent d’un patrimoine trop petit pour pouvoir y faire appel.
30%
30% des investisseurs considèrent que les frais d’un conseiller sont trop élevés.

Le rôle des nouvelles technologies

Bien que l’utilisation des virements / paiements en ligne ait augmenté dans son ensemble, ce sont surtout les générations plus jeunes qui ont tendance à utiliser la technologie moderne pour leur information / activités financières.

diagramme : Le rôle des nouvelles technologies

Par petits montants, constituer une épargne accessible

Pouvoir commencer / continuer à investir avec des petits montants est cité comme un facteur important par beaucoup.

En revanche, la perspective d’une épargne bloquée pendant une certaine période et n’accessible que contre pénalité, constitue un frein pour une grande partie des Français.

Diagramme 40%

des répondants indiquent qu’ils se sentiraient davantage incités à investir s’ils pouvaient comprendre comment investir sur base de petits montants.

Diagramme 44%

déclarent être plus facilement prêts à investir sur des placements accessibles à tout moment sans pénalité. Ce constat est particulièrement marqué parmi la génération BB (52%), moins parmi les générations X (42%) et Y (34%).4

A noter qu’au niveau européen, ce souhait de libre accès à l’épargne à tout moment ressort moins fortement, avec seulement 31%.

1 44% parmi la proportion de participants ayant déclaré de bien connaître le contenu de leur plan d’épargne entreprise

2 Durabilité environnementale | Droits de l’homme | Égalité | Conditions de travail dans les pays émergents | Tests sur les animaux | Armes à feu | Tabac | Jeux de hasard | Pornographie | Privatisation des prisons

3 Gén. Y / Millennials : 25-39 ans ; Gén. X 40-54 ans, Gén. BB 55-74 ans

4 Gén.Y / Millennials : 25-39 ans ; Gn. X 40-54 ans, Gn. BB 55-74 ans