Comment le Big data influence nos décisions d’investissement en Chine

Jeff Shen
Co-CIO Active Equity et Co-Head Systematic Active Equity chez BlackRock

Risque de perte en capital. La valeur des investissements et le revenu en découlant peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et ne sont pas garantis. Les investisseurs ne sont dès lors pas assurés de récupérer leur investissement initial.

L’analyse du Big data provenant de l’un des plus grands marchés au monde renseigne les investisseurs internationaux en Chine.

Les signaux de Big data tels que l’imagerie satellite et le trafic piétonnier permettent de se faire une opinion sur les actions cotées en bourse. Cette approche peut s’avérer particulièrement utile en Chine, où les investisseurs ont toujours redouté l’inexactitude des données économiques.

Nous classons ensuite les actions en utilisant des modèles et des analyses, reposant notamment sur l’intelligence artificielle et l’apprentissage machine.

Rien ne garantit qu’un retour positif sur investissement positif sera atteint. L’analyse approfondie du Big data, associée à une approche quantitative, est en mesure d’offrir aux investisseurs une source de performance différenciée.

Saisir le sentiment des particuliers

La Chine est le deuxième plus grand marché d’actions et le deuxième plus grand marché obligataire au monde,[1] les investisseurs particuliers représentant plus de 80 % du volume total des échanges sur les actions.[2]

Avant l’époque des médias sociaux, des blogs et des forums Internet, il était difficile de déterminer ce qui orientait le sentiment des investisseurs particuliers. Contrairement à ce que l’on croit généralement, ces services accueillent des discussions ouvertes et dynamiques sur l’investissement, et les participants proviennent de toutes les couches de la société chinoise.

Or il est désormais possible de suivre leur sentiment – par exemple, la crainte qu’une entreprise ne réalise pas ses objectifs de bénéfices ou l’intérêt croissant pour une entreprise technologique – en agrégeant d’énormes quantités de commentaires en ligne à l’aide d’outils de traitement du langage naturel.

Jeff Shen, Co-CIO Active Equity et Co-Head Systematic Active Equity chez BlackRock, décrit ce système comme la rencontre du Big data et de la foule immense ("big data meeting the big crowd").

"C’est une information très précieuse, car il ne suffit pas d’être l’investisseur le plus attaché aux fondamentaux et le plus rationnel du monde : si 5 % des volumes prennent une direction opposée, il devient très difficile de gagner de l’argent".

Un instantané de l’économie en temps réel

Les données et la numérisation ne remplacent pas les méthodes traditionnelles, mais complètent l’offre en fournissant aux clients davantage d’outils pour les aider à constituer un portefeuille de manière optimale.

Par exemple, pour obtenir une vue en temps réel de l’activité industrielle en Chine, la technologie satellite peut capturer des images des cadres métalliques qui sont construits pour abriter de nouvelles usines ou des extensions de bâtiments existants.

Les ordinateurs scannent ensuite les images – prises toutes les 30 minutes environ – et calculent une mesure appelée "métalosité" indiquant la présence de métal. Le mouvement des camions vers et depuis les sites industriels peut être analysé de la même manière.

Cela complète les données que le gouvernement chinois diffuse par des sources indépendantes et fournit des lectures plus précoces que les évaluations trimestrielles.

En outre, ce type d’outil peut être utilisé pour effectuer des analyses microéconomiques, en comparant par exemple l’activité de la société A à celle de la société B.

En suivant constamment ces informations, la performance et les risques des actions peuvent être évaluées quotidiennement, ce qui fournit un cadre précieux pour les décisions d’investissement actives.

Une technologie innovante guidée par une analyse humaine

Installés dans la Silicon Valley depuis de nombreuses années, Jeff Shen et son équipe recourent à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage machine.

Nous voyons le Big data comme un outil essentiel pour les clients qui investissent en Chine – mais pas de façon isolée : cet outil doit être combiné avec une analyse de marché traditionnelle.

Pour illustrer ce point, Jeff Shen souligne que les distributeurs automatiques de billets n’ont pas remplacé les guichets bancaires, ces derniers étant aujourd’hui plus nombreux aux États-Unis que dans les années 1970.[3] Au contraire, l’automatisation et la numérisation ont permis de réaliser des gains d’efficacité, ce qui a donné l’opportunité aux guichets d’offrir davantage de services à valeur ajoutée, notamment en matière de conseil.

"Associé à l’expérience humaine et à l’intuition économique, le Big data peut vous donner un avantage concurrentiel", explique Jeff Shen.

La richesse des informations en provenance de Chine et cette approche quantitative innovante de l’investissement ne sont pas à négliger pour ceux qui cherchent à maximiser leur investissement en Chine.

[1] Source : Bloomberg, mars 2020
[2] Source : Goldman Sachs Investment Research, septembre 2019
[3] Bureau des statistiques de l’emploi, juin 2020