Investir en Chine

  • Pourquoi le marché obligataire chinois est voué à évoluer assez rapidement ?
  • Pourquoi devient-il difficile d’ignorer le marché d’actions chinois domestique ?

Risque de perte en capital. La valeur des investissements et le revenu en découlant peuvent évoluer à la baisse comme à la hausse et ne sont pas garantis. Les investisseurs ne sont dès lors pas assurés de récupérer leur investissement initial.

Les investissements en Chine sont soumis à certains risques additionnels, notamment en ce qui concerne la capacité à négocier des titres de participation en Chine en raison de problèmes de liquidité et de rapatriement de capitaux.

Accélération du changement

Alors que la Chine est désormais la deuxième économie mondiale après les États-Unis, les investisseurs ont longtemps eu du mal à exploiter toute la gamme des opportunités de croissance du pays, en raison des difficultés d’accès aux marché domestique. Cette situation évolue rapidement, car les responsables politiques cherchent à libéraliser l’accès aux marchés boursiers et obligataires chinois, tout en les alignant sur les normes internationales. Cela a des conséquences considérables pour les investisseurs, du particulier jusqu’à l’investisseur institutionnel sophistiqué. La Chine connaît d’importantes mutations, et ignorer cette opportunité émergente pourrait avoir un coût excessivement élevé, surtout à long terme.

Rien ne garantit qu’un retour positif sur investissement sera atteint.

Positions détenues par des étrangers en Chine (en % du marché domestique)

Positions détenues par des étrangers en Chine

Sources : Wind, au mois de mars 2020. Les encours étrangers en actions et obligations domestiques sont estimés sur la base des positions des investisseurs institutionnels étrangers qualifiés (QFII) et des positions en obligations via CIBM Direct jusqu’en 2013, puis sur la base de la divulgation par la BPC des avoirs étrangers en actions et obligations à partir de 2014.

Les acheteurs d’obligations sont les bienvenus

L’ascension du marché obligataire chinois s’est faite en grande partie sans participation étrangère – seuls 3 % de ce marché de 14 000 milliards de dollars sont entre des mains étrangères.[1] Nous pensons que cette situation est vouée à évoluer assez rapidement, grâce à des canaux d’accès plus fluides et à un meilleur alignement sur les normes internationales.

En avril 2019, l’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate, un tracker important de la performance des obligations mondiales, a intégré les obligations souveraines et bancaires chinoises dans la liste de ses composantes. Sur la base d’un rééquilibrage des stratégies passives liées à cet indice de référence sur la période d’inclusion de 20 mois (se terminant en novembre 2020), nous estimons que l’inclusion pourrait entraîner l’arrivée d’au moins 150 milliards de dollars de fonds étrangers sur le marché. À la valeur de marché actuelle, cela représenterait environ 6 % de cet indice mondial.[2] Susceptible d’être impactée par les mouvements du marché obligataire chinois, cette estimation ne reflète pas les éventuels flux entrants liés à des stratégies actives (stratégies visant à surperformer le marché par rapport à un indice de référence), qui pourraient s’avérer importants, mais sont plus difficiles à prévoir.

Le choix d’actions de qualité

Nous estimons qu’il devient de plus en plus difficile pour les investisseurs d’ignorer le marché des actions chinois domestique. Avec plus de 3 500 sociétés cotées[3], les actions A cotées à Shanghai et à Shenzhen permettent aux investisseurs d’accéder à ce marché, qui a été historiquement plutôt isolé. Grâce à l’assouplissement des restrictions et à la poursuite de la libéralisation du marché, les investisseurs internationaux peuvent désormais négocier les actions A et gérer la liquidité par l’intermédiaire du programme Stock Connect, lancé par les bourses de Hong Kong, Shanghai et Shenzhen afin de faciliter la négociation de leurs titres cotés.

L’inclusion des actions A chinoises dans les principaux indices des grands fournisseurs mondiaux contribue à soutenir l’internationalisation de la classe d’actifs. En 2018, MSCI a commencé à inclure les actions A dans ses indices. Alors que FTSE devrait lui emboîter le pas, MSCI a annoncé une augmentation significative des pondérations des actions A dans ses indices pour la fin de cette année. Dans de nombreux cas, les actions A sont la seule option dont disposent les investisseurs pour obtenir une exposition à des entreprises chinoises de qualité ayant un modèle économique durable, une faible sensibilité au cycle politique et un potentiel de croissance élevé, fondé sur la transition vers une société de consommation et le progrès technologique.

[1]Wind, mars 2020
[2] Bloomberg Barclays, juin 2020 
[3]Wind, juin 2020