Le REER, au cœur de votre plan de retraite

Les plans de retraite comprennent généralement diverses composantes, comme les régimes de retraite de l’État et les régimes de retraite au travail, mais de nombreux Canadiens s’en remettent principalement au régime enregistré d’épargne-retraite (REER) pour se constituer le capital dont ils auront besoin à la retraite.

Le REER permet d’investir dans diverses options de placement, dont les CPG, les fonds négociés en Bourse (FNB), les actions et les obligations, de façon plus efficace sur le plan fiscal que si ces options de placement étaient détenues hors REER.

S’il est effectivement fiscalement avantageux, le REER comporte cependant des particularités spécifiques, particularités qu’il est préférable de connaître pour tirer le maximum de votre REER plus facilement.

Combien peut-on cotiser à un REER?

Vous pouvez verser au REER jusqu’à 18 % de votre revenu gagné de l’année précédente, sous réserve du plafond de cotisation prévu par les lois fiscales. Si vous participez au régime de retraite de votre employeur, vous devez alors soustraire du plafond de cotisation au REER les cotisations que vous y versez ou que votre employeur y verse en votre nom.

Le plafond de cotisation au REER s’élève respectivement à 24 930 $ et 25 370 $ pour les années d’imposition 2015 et 2016.

Si vous n’avez pas les fonds voulus pour verser la cotisation maximale à votre REER une année donnée, vous pouvez reporter vos droits de cotisation inutilisés aux années d’imposition ultérieures.

Que se passe-t-il avec les placements détenus au titre du REER?

Les gains réalisés par les placements du REER sont à l’abri de l’impôt jusqu’à ce qu’ils soient retirés. Vous pouvez ainsi épargner davantage aujourd’hui et reporter à une date ultérieure l’impôt à payer, lorsque vous pourriez être assujetti à un taux d’imposition inférieur.

Quelle est l’incidence fiscale des retraits d’un REER?

Les retraits d’un REER sont imposables, car les sommes initialement versées au REER ont été déduites du revenu imposable du titulaire. Dans la plupart des cas, la somme retirée est réduite automatiquement de l’impôt à payer, qui varie suivant le montant du retrait. Les retenues d’impôt peuvent être déduites de l’impôt à payer durant l’année et peuvent être remboursées suivant la situation fiscale du titulaire.

Que se passe-t-il au départ à la retraite?

Afin qu’il puisse procurer un revenu de retraite, le REER doit être liquidé au plus tard le 31 décembre de l’année du 71e anniversaire de naissance du titulaire. Tous les fonds doivent être retirés du REER et l’impôt dû sur la somme retirée doit être payé. Le titulaire peut également utiliser le solde du REER pour souscrire une option de revenu de retraite, comme un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR).

Le REER peut-il servir à d’autres fins?

Bien que le REER ait été conçu pour aider les gens à épargner en vue de la retraite, il est possible d’en retirer des fonds en tout temps, sous réserve des restrictions imposées par le fournisseur du REER. En plus de permettre à son titulaire d’épargner pour la retraite, le REER offre également la possibilité de retirer des fonds de façon fiscalement avantageuse pour l’achat d’une maison, dans le cadre du Régime d’accession à la propriété, ou pour financer un retour aux études, dans le cadre du Régime d’encouragement à l’éducation permanente.

CELI et REER